22-23 mars 2018 Rouen (France)

Sessions > Session 5

5 – Les raccourcis spatiaux et temporels dans la représentation des territoires « prioritaires »

Co-porteur.e.s : Julie VALLÉE (Géographie-cités)

Cibler les territoires pour y mener des actions localisées constitue une stratégie attrayante pour les acteurs publics lorsqu’ils cherchent à réduire les inégalités sociales en matière de santé, d’emploi, d’éducation... L’efficacité de ces area-based interventions nécessite cependant de (se) représenter correctement les territoires et leurs besoins. En pratique, les acteurs publics cherchent souvent à mettre en place des actions territorialisées dans le but à la fois d’atteindre les populations prioritaires et de modifier l’environnement. En voulant faire d’une pierre deux coups, on s’expose toutefois à des approximations spatiales et temporelles dans la représentation des territoires « prioritaires » pour l’action publique.
Spatialement, des approximations peuvent se produisent quand les représentations de territoires « prioritaires » s’appuient sur une seule et même échelle spatiale, souvent la plus petite possible. Cet engouement envers le « toujours plus petit » est logique lorsqu’on souhaite localiser les populations auprès desquelles intervenir. Cet engouement est cependant bien plus discutable lorsqu’il conduit à concentrer les actions dans de petits territoires bien circonscrits en faisant comme si ces territoires et leurs populations étaient seuls responsables des problèmes qui les affectent et comme si les solutions se situaient uniquement à l’échelle locale.
Temporellement, des approximations peuvent également émerger lorsque les représentations de territoires « prioritaires » émanent d’une approche par les seules populations résidentes en négligeant la mobilité entrante ou sortante au cours de la journée et au fil des années.

Références bibliographiques indicatives

Busquet G., 2011, "Spatial determinism and territorial public action in France: Challenges and evolutions", Journal of Urban and Regional Analysis, vol. III, n° 1, pp. 67-76.
Hancock C., Lelévrier C., Ripoll F., Weber S. (dir.), 2016, Discriminations territoriales. Entre interpellation politique et sentiment d’injustice des habitants, Marne-la-Vallée, L’oeil d’or, coll. « critiques & cités ».
Le Roux G., Vallée J., Commenges H., 2017, "Social segregation around the clock in the Paris region", Journal of Transport Geography, n° 59, pp. 134-45.
Mallet S., 2014, "The urban rhythms of neoliberalization", Justice spatiale | Spatial justice, n° 6.
Sharpe E.K., 2013, "Targeted neighbourhood social policy: a critical analysis", Journal of Policy Research in Tourism, Leisure and Events, n° 5, pp. 158-71.
Tunstall R., Lupton R., 2003, "Is targeting deprived areas an effective means to reach poor people?", in Centre for Analysis of Social Exclusion, CASEpaper, London, UK, London School of Economics and Political Science.
Vallée J., 2017, « Challenges in targeting areas for public action. Target areas at the right place and at the right time », Journal of Epidemiology and Community Health [sous presse].
Van Gent W.P.C., Musterd S., Ostendorf W., 2009, "Disentangling neighbourhood problems: area-based interventions in Western European cities", Urban Research & Practice, n° 2, pp. 53-67.

Type de communications attendus

Toute communication théorique, méthodologique ou empirique, discutant des raccourcis spatiaux et temporels à l’œuvre dans les représentations des territoires « prioritaires » est la bienvenue dans cette session.

Personnes connectées : 1 Flux RSS