22-23 mars 2018 Rouen (France)

Sessions > Session 9

9 – La territorialité et l’Union européenne. Représentation et perception des territoires au sein de l’Union européenne

Co-porteur.e.s : Lydia LEBON (IRENEE) & Sylvia CALMES-BRUNET (CUREJ)

La représentation peut être définie comme « l’action de mettre devant les yeux » ou encore comme « la traduction concrète, matérielle » ; en droit, la représentation peut revêtir différentes acceptions. Dans le cadre de l’Union européenne l’analyse est encore plus ambitieuse : l’Union est en soi un cadre de référence transdisciplinaire.
Divers axes de réflexion peuvent être envisagés.
Un premier axe peut concerner la représentation institutionnelle et matérielle des territoires. L’analyse juridique ou de science politique pourrait se concentrer sur l’aspect institutionnel qui concerne les organes de représentation des territoires. La représentation peut aussi être analysée dans une approche sociologique : l’idée serait alors de ne pas étudier le territoire comme un objet déconnecté des populations qui y résident. La représentation des territoires sous cet angle évoque alors la notion de perception du territoire. Par exemple, la situation migratoire que connaît l’Union européenne depuis quelques années est à première vue perçue de manière négative. Mais la question se pose de savoir si une planification réfléchie des dynamiques d’implantation des migrants sur le territoire ne peut pas devenir une occasion pour revitaliser des territoires fragiles. L’aspect matériel de la représentation des territoires implique de s’intéresser aux outils de contrôle de la territorialisation des politiques européennes. Les politiques à impact territorial ont été identifiées et elles sont nombreuses, comme par exemple la politique environnementale, la politique des transports, la politique de cohésion mais également la politique de voisinage.
Un second axe peut porter sur la représentation sociologique du territoire et la représentation conceptuelle des territoires (on pense au numérique qui relativise le lien avec le territoire). L’analyse pourrait inclure la restructuration territoriale que s’apprête à connaître l’Union européenne (Brexit), ce qui entraîne des réflexions géopolitiques et sociologiques.

Références bibliographiques indicatives

Alland D., 1986, « Les représentations de l’espace en droit international public », ADP, pp. 163 et s.
Badie B., 1995, La fin des territoires, Paris, Fayard.
Collectif, Outre-Terre, vol. 49, n° 4.
Di Meo G., 2004, « Pour une approche compréhensive et complexe des objets géographiques », Cahier géographique, n° 5, pp. 101 et s.
Fargion V. et al., 2006, « Européanisation et représentation territoriale en Italie », Pôle Sud, 24(1), pp. 99-120.
Lebon L., 2015, La territorialité et l’Union européenne – Approches de droit public, Bruxelles, Bruylant.
Lévy J., 2016, "A Cartographic Turn", in Mapping and the Spatial Challenge in Social Sciences, EPFL Press, Collection “Urbanism”.
Marti G., 2015, « Territoire(s) et Union européenne », Civitas Europa, 2015/2, n° 35.
Mathias P., 2007, « The last frontier ? L'Internet au-delà de tout territoire », Cités, 31(3), pp. 93-103.
Salerno R., Piga B. (dir.), 2017, Urban Design and Representation. A Multidisciplinary and Multisensory Approach, Springer International Publishing.

Types de communications attendus

L’analyse peut être abordée par des contributions, théoriques ou pratiques, rédigées en français ou en anglais sur les éléments mentionnés et sur les thématiques dégagées.

Personnes connectées : 1 Flux RSS