Programme > Tables rondes grand public

logo de la Fondation Flaubert

Ces 3 tables rondes "grand public" sont financées et organisées dans le cadre de l'axe 4 de la Fondation Flaubert : soutien à des initiatives universitaires visant à démocratiser les savoirs.

 

Table ronde "grand public" 1
Rouen, construire l'identité métropolitaine

Jeudi 22 mars 2018 - 18h15-20h00
H20, quai de Boisguilbert à Rouen - salle Panorama XXL

Intervenants
- Catherine Morin-Desailly (sénatrice, conseillère régionale de Normandie, conseillère municipale de Rouen)
- Sylvain Amic (directeur de la Réunion des musées métropolitains de Rouen)
- Jacques-Sylvain Klein (commissaire général du 1er festival Normandie Impressionniste 2010, délégué général de l’association La Maison Sublime de Rouen)
- Philippe Eudeline (président de Normandie AeroEspace, directeur Technologie et Innovation de Thales Air Systems)
- Thierry Rabiller (rédacteur en chef de Paris Normandie)

Animateur : Arnaud Brennetot

Bénéficiant d’une longue tradition d’ouverture internationale, liée au grand commerce puis à la révolution industrielle, l’agglomération rouennaise se trouve aujourd’hui affectée par la métropolisation des territoires. Sa situation unique en France, entre la Manche et Paris, ville globale par excellence, représente autant un défi qu’une opportunité pour tous ceux qui l’habitent. Un tel projet n’est possible qu’à condition de construire une vision partagée. Cette conférence-débat s’interrogera sur les conditions de construction d’un projet métropolitain partagé par l’ensemble des acteurs, les pouvoirs publics, locaux et nationaux, mais également l’ensemble de ceux qui s’impliquent au sein de la société civile pour inventer un modèle original et adapté.

Table ronde "grand public" 2
La construction des territoires est-elle un objet de fiction littéraire?

Vendredi 23 mars 2018 - 18h30-20h00
Campus Pasteur, 3 av. Pasteur à Rouen - amphi 400

Intervenants
- Maylis de Kerangal
- Aurélien Bellanger
- Michel Bussi

Animateur : Sylvain Allemand

Si la question des lieux apparaît d’évidence comme un élément essentiel de toute fiction littéraire, rares sont cependant les écrivains à avoir suivi une formation géographique, ou à en revendiquer explicitement ses thématiques majeures (aménagement, frontières, géopolitique, urbanisme, etc.). En ce sens, cette table ronde vise à dépasser les questions classiques liées à la relation entre géographie et littérature (le voyage, l’aventure, la terre natale, l’exploration, l’ailleurs, le dépaysement…) et évoquer le plus rare (et difficile ?) lien entre fiction littéraire et construction des territoires. En d’autres termes, des savoirs techniques, administratifs, politiques, récurrents d’une géographie pratique intéressant a priori peu le grand public en dehors des professionnels et citoyens concernés, peuvent-ils devenir des éléments de fiction littéraire ? Les titres de quelques romans à succès, écrits par les intervenants de la table ronde, Naissance d’un pont, L’Aménagement du territoire, Le grand Paris, ainsi que certaines thématiques des romans de Michel Bussi (droit de l’urbanisme par exemple) amènent cependant à se poser la question des conditions d’une représentation littéraire, imaginaire, romanesque.

Table ronde "grand public" 3
L'Europe, un territoire en crise de représentations

Samedi 24 mars 2018 - 9h30-11h30
Campus Pasteur, 3 av. Pasteur à Rouen - amphi B250

Intervenants
- Sylvia Calmes-Brunet (MCF en droit public, CUREJ / Université de Rouen)
- Clarisse Didelon-Loiseau (PU de géographie, Géographie-cités / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
- Yann Richard (PU de géographie, Prodig / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
- Carole Nivard (MCF en droit public, CUREJ / Université de Rouen)
- Christian Vandermotten (PR ordinaire émérite, Université libre de Bruxelles, Éditeur de la revue Belgéo)

Animateur : Arnaud Brennetot

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la construction européenne s’est appuyée sur des représentations politiques hétérogènes. Elle a ainsi tantôt pu être associée à un continent, à une aire de civilisation, à un espace économique tantôt à un territoire d’action publique, puis de représentation démocratique. Ces différentes interprétations de l’Europe ont été appliquées à des périmètres géographiques instables, caractérisés par des phénomènes d’élargissement ou de régression. Cette variété de significations a favorisé les ralliements autour d’un projet géopolitique polymorphe et ambivalent. Selon les circonstances, il a pu s’agir de surmonter les nationalismes étatiques, de favoriser la paix, la démocratie et l’état de droit, de promouvoir la prospérité et l’expansion économiques, de créer les moyens d’une puissance retrouvée, d’affirmer une identité territoriale, etc. Depuis le début des années 90, les mythes et images associés à un tel projet ne suffisent plus, ni à garantir l’adhésion des populations, ni à assurer sa crédibilité vis-à-vis du reste du monde. Les institutions responsables de la mise en œuvre d’un projet politique pour l’Europe se trouvent dès lors confrontées à une crise de défiance progressive et à la montée des représentations et des discours eurosceptiques et europhobes. Cette table ronde s’intéressera donc aux raisons et aux enjeux d’une telle crise d’identité et de légitimité politique tout en interrogeant son impact éventuel sur la mise en œuvre des politiques publiques à l’échelle de l’Europe.
 

Cliquez sur l'image pour la voir en grand.

afficheTableRondePetit.jpg

Personnes connectées : 2 Flux RSS