22-23 mars 2018 Rouen (France)

Sessions > Session 3

3 – Données du web et représentations territoriales

Co-porteur.e.s : Marta SEVERO (Dicen IDF), Pierre BECKOUCHE (LADYSS), Bernard ELISSALDE (IDEES), Marianne GUÉROIS (Géographie-cités), Françoise LUCCHINI (IDEES) & Malika MADELIN (PRODIG)

Avec la diffusion du numérique dans nos sociétés, les spécialistes des sciences territoriales et de la communication ont engagé des recherches sur l’analyse des données issues du Web, des réseaux sociaux et plus généralement des soft data. Une double interrogation les anime : ces nouvelles données sont-elles potentiellement porteuses d’autres lectures de nos pratiques spatiales, et de nos représentations territoriales ? Impliquent-t-elles pour la population l’émergence de contraintes et/ou de services nouveaux ? Pour y répondre ces chercheurs développent des outils et des concepts leur permettant de croiser des données géolocalisées, des informations temporelles et des attributs territoriaux de nature sémantique.
De leur côté, les entreprises, que ce soit les géants du net avec leurs différentes applications ou celles du secteur de l’automobile (cartographies instantanées de l’environnement des véhicules), maillent la réalité territoriale d’une matrice digitale dont les usages quotidiens ne cessent de s’étendre. Leurs choix méthodologiques et stratégiques pourraient imposer des standards dominants dans la représentation numérique des territoires et interrogent le débat citoyen autour de la question d’un usage éthique de ces données.
En associant les travaux scientifiques menés actuellement avec ceux du grand public autour des démarches de cartographies participatives ou de recensements alternatifs, cette session souhaite illustrer la diversité des approches (qualitatives ou quantitatives, d’analyse spatiale ou d’ethnographie numérique) à l’aide d’exemples fondés sur différents jeux de données des réseaux sociaux. Les communications devront mettre l’accent sur les enjeux de représentation topographique et topologique de ces données, ainsi que sur leurs formes de visualisations.

Références bibliographiques indicatives

Beauguitte L., Severo M., Pecout H., 2016, « Une analyse géomédiatique de l’actualité internationale : hiérarchies et effets de voisinage », L’Espace géographique, 45(2), pp. 124-141.
Elissalde B., Lucchini F. et al., 2014, "Urban events and emerging phenomena", The 4th International Conference on Complex Systems and Applications (ICCSA 2014), Le Havre.
Giraud T., Grasland C., Guérois M., Madelin M., Severo M., 2017, « Données massives et information géographique », La lettre de l’InSHS, n° 45, pp. 25-28.
Guérois M., Pavard A., Bretagnolle A., Mathian H., 2016, « Les temps de transport pour délimiter des aires urbaines fonctionnelles ? Une investigation critique à partir de trois métropoles européennes », Belgeo - Revue Belge de Géographie, n° 2, belgeo.revues.org/17789
Lucchini F., Grassot L., Elissalde B., Baudry J., 2015, "Mobile phone use, events and emergent phenomena", Proceedings of European Colloquium on Theoretical and Quantitative Geography, Bari, Italy.
Lucchini F., Elissalde B., Grassot L., Baudry J., 2016, « Paris tweets, données numériques géolocalisées et évènements urbains », Netcom, n° 30, 3/4, pp. 207-230.
Severo M., Romele A. (dir.), 2015, Traces numériques et territoires, Paris, Presses des Mines.

Types de communication attendus

Méthodes, terrains, résultats.

Personnes connectées : 1 Flux RSS